vendredi 5 octobre 2018

Lecture Paol KEINEG

Le dimanche 7 octobre à 15H à la galerie Arts RadenPaol Keineg
viendra lire des extraits de son dernier ouvrage
"DES PROSES qui manquent d'élévation"  2018
publié chez Obsidiane


vendredi 21 septembre 2018

Article de presse

Jean-Yves Bocher est un artiste rare. Son œuvre est singulière, sensible, gestuelle, souvent cosmique. Affranchi de tout académisme convenu, Jean-Yves aime à jouer les complices de la matière, du hasard et des ressorts de l’Univers. « Ma peinture se nourrit de tout ce qui n’est pas la peinture ! En réalité tout n’est qu’occupation de l’espace, là où ne se dissocient jamais ombres et lumières ». Des pigments, des liants, un support, la peinture n’est qu’un chemin de recherche et de découverte permanente. « J’aime travailler sur l’humidité du support ; c’est une aventure non maîtrisée, imprévue, parfois inquiétante, souvent révélatrice ». Se référant au Traité des couleurs de Goethe, Jean-Yves est un adepte de l’expérience sensorielle spontanée. « Si pour beaucoup d’artistes, la couleur permet de divulguer le monde extérieur, pour moi, elle est davantage symptomatique d’une démarche intérieure ».
Jean-Yves expose aux côtés du sculpteur Ronan Suignard. Artiste de la pierre et du vent, du granite et de l’eau ; imaginer un monde enfin vivable, est son credo, sa recherche permanente. Non satisfait de celui qui l’entoure, il crée le sien, une expérience de plusieurs décennies. « La pierre est la métaphore de la mémoire. Ce qu’on y inscrit perdure » affirme ce démiurge, au sens de l’humour très aiguisé. Ses créations, il les offre à qui cherche à comprendre, À l’imaginaire, de travailler pour entrer dans ce monde irréel et bourré d’invraisemblances charmeuses.

Du 29 septembre au 21 octobre. Ouvert les samedis et dimanches de 15 h à 19 h  et sur rendez-vous au 02 54 55 93 ou au 06 16 38 35 95. Lieu-dit Ty Raden Kerdréanton Plogastel Saint Germain.
Yves Ducret 
Ouest-France



Arts Raden. Jean-Yves Bocher expose du 29 septembre au 21 octobre

Peintre,sculpteur, graveur, Jean-Yves Bocher dont on pourra admirer les toiles à partir du 29 septembre, est le propriétaire de la galerie Arts Raden à Kerdréanton avec sa compagne Noëlla Moisan. Peindre auto-didacte dans les années 70, il décide de s'adonner à sa passion artistique. Ses premières réalisations sont figuratives, mais très vite il éprouve le besoin de se libérer « Mes lectures et ma curiosité pour la philosophie orientale ont un réel retentissement sur ma démarche et de plus en plus ma peinture devient trace, signe, pour aboutir à une expression aléatoire ». Ses toiles acryliques, souvent de grands formats, sont la traduction d'une émotion, d'un vécu, pour lui pas d'ébauches, pas d'esquisses, pas d'heure précise pour se mettre devant son chevalet, c'est la toile qui l'appelle et le geste jaillit, instinctif, spontané, la ligne apparaît, produite par l'outil, comme le prolongement de lui même. « Depuis quelques temps, le pinceau ne m'est plus nécessaire,la matière devient dépôt, sédiment, ruissellement […] les formes surgissent de l'action entreprise par les différents mouvements de la toile ».« On ne maîtrise pas tout, déclare-t-il, j'essaye de maîtriser le moins possible pour aller vers quelque chose de plus créatif ».
Galerie ouverte tous les samedis et dimanches de 15h à 19h et sur rendez-vous au 02 98 54 55 93/ 06 16 38 35 95
Marie-Hélène Quideau
Le Télégramme

mercredi 19 septembre 2018

Exposition peintures et sculptures du samedi 29 septembre au dimanche 21 octobre

Ronan Suignard :
Travail sur granits en taille directe
"Sur la roche cristalline à partir de ce que la matière autorise pour aller jusqu'au bord de ce qu'elle n'autorise pas.
Il s'agit d'une archéologie imaginaire qui fait basculer le temps ... un regard sur le temps".


Jean-Yves BOCHER

....Il raconte ses voyages à la lenteur de couleurs posées en apesanteur et
pourtant son récit n’a rien de romantique : ses plongées de lumière se tiennent
à l’écart de paysages nourris d’archaïsme et de facilités. Une énergie à peine
effleurée décline la profondeur, de l’ensemble au moindre détail. Certains
fragments soulèvent le voile d’une matière forte, presque émaillée....
Hélène Poisot







samedi 14 janvier 2017

Jusqu'au 22 janvier au café des négociants à REZÉ


Jean-Yves BOCHER
Impressions à propos d’une exposition nantaise (janvier 2017)
Sa peinture apaisée est une littérature et on la lit autant qu’on la regarde.
Il raconte ses voyages à la lenteur de couleurs posées en apesanteur et
pourtant son récit n’a rien de romantique : ses plongées de lumière se tiennent
à l’écart de paysages nourris d’archaïsme et de facilités. Une énergie à peine
effleurée décline la profondeur, de l’ensemble au moindre détail. Certains
fragments soulèvent le voile d’une matière forte, presque émaillée.
Entretien d’un lieu de conscience entre horizons furtifs et ciels éclatés, on
pourrait croire qu’il ne se passe rien. Ou presque rien, car tout peut arriver et il
n’hésite pas sur certaines toiles, à faire monter la sève sur la vertu de verts
mordants et magnifiés.
On est immédiatement concerné par la poésie de ses aquarelles, terrains de
nulle part aux parcours délavés, fluides et transparents, toujours d’un seul
tenant, sans hésitation ni fêlure.
La sincérité se retrouve dans ses gravures, ses monotypes où les traits
s’allongent à la faveur d’une abondance de légèreté et d’une décroissance
d’artifices.
Confrontation d’un artiste avec lui-même. Ici c’est le silence qui impressionne.

Hélène POISOT